Presse

La musique folklorique privée de sa candeur

ge. Norderstedt –

Cette musique n’est point celle, qu’on qualifierait avec la notion „moderato cantabile”. Il est plutôt émotionnel, tout, qui se rencontre en elle – violamment, profondem-ment, inlassablement. Le groupe hongrois Zengő de Pécs n’appartient pas à la ligue des amateurs musicaux, mais il est un groupe professionnel, qui annonce la couleur de la musique folklorique de son pays avec une finesse „rubato”. Il est avec affection et quelquefois avec un peu de sentimentalité, que les six musiciens transmettent et s’engagent à décomposer les formes, à faire des nouveautés, et – d’une manière très sympathique - à garder et à propager les traditions. Mettant sur scène la musique et la danse folklorique de Transylvanie et de Moldavie le groupe touche tellement le publique qu’il reste presqu’en retenant son souffle.

Dès la première cadence, chez Zengő, on se sent dans une ruche où les abeilles dérangées bourdonnent. Sur l’archet des violonistes les crins se déchirent, le joueur de la cornemuse remplie constamment les chansons avec un grouillement, la chanteuse s’exprime par ses sentiments, toute stable, en s’adaptant tendrement à l’accompagnement de la flûte. Le contrebassiste atteint par la finesse de jeux de ses doigts –la façon dont il pique les cordes avec son pouce et son index- que les rythmes sombres surmontent la tristesse de tous les jours. Les autres tirent, font vibrer, caressent les mélodies, lesquelles n’essaient pas de ressusciter la sentimentalité de la plain idyllique. Les airs s’envolent et la lyre mystérieuse se transfoment en ballade, où la mélancolie et la joie s’apprivoisent.

Par la suite ils déforment le rythme des „csárdás” en punk, et le danseur somptueuse-ment virtuose ne se laisse pas douter que le temps des fêtes sauvages n’est pas encore fini. Il est le mérite de Zengő qu’il surmonte la musique folklorique de la romantique baveuse et la représente de nouveau sous une forme originelle. Il est ainsi que leur spectacle de Norderstedt est devenu un galop ardent sur le répertoire presque inépuisable.

 Hamburger Abendblatt
csik_sajto

Six Hongrois a remué la Mairie ancienne

Pinneberg (tom)

Le vieux bâtiment a vécu rarement des moments où les murs ont été ébranlés, les fenêtres ont cliqueté, le sol a tremblé. La cause de ces phénomènes n’a pas été le vent violent du nord, mais le groupe Zengő, jouant de la musique folklorique, et aussi l’enthousiasme du publique, suscitée par leur musique.

Le programme musical et de danse du groupe, comptant six membres, fait la gamme des chansons amoureuses, toutes douces, à travers des danses vives pastorales, jusqu’aux reproductions écartées. Il en fait partie l’ordre des danses rurales de la Transylvanie, dont l’accompagnement musical allie les airs de presque 3000 ans avec le goût harmonieux de la Renaissance et l’ensemble des deux établissent une sonorité particulière.

Ils étaient cacables d’envoûter leur auditoire, même sans utiliser des rythmes impétueux et forts. Bien que le publique n’ait pas pu comprendre un seul mot, il écoutait avec admiration, retirant son souffle, la voix forte et expressive, la représentation „acapella” de la chanteuse.

L’autre talent du groupe est la danse. Celui qui pense à une danse pastorale lourdaude, ne connait pas encore la danse „sans musique” de Kovács Márton. Dans tous les cas „sans musique” ne signifie que sans accompagnement, puisque c’est bien lui qui „joue” la musique: faisant des petits sons avec la main, et des mouvements faibles et intenses avec les pieds- accelerando puis reterdando de nouveau- il remplace tout un orchestre.

Par la suite de cet intermède de danse, le publique -la plupart des personnes agées- était tellement enthousiaste que les adolescents à un concert d’ „Ace of Bace”.

Pendant la soirée les pieds n’ont resté guère tranquilles, ils ont suivi le rythme de la musique. C’est la raison pour laquelle le publique a réagi gracieusement quand le Zengő, pour terminer particulièrement son programme, l’a invité à apprendre et danser ensemble une danse hongroise, ayant des pas simples. L’envie accumulée de se bouger s’était exprimé dans la joie de vivre qui était visible et audible.

PT – 3.5.94
csik_sajto

Ils ont fait les classes de ceux qui, conscients de leur valeur et du bien-foundé de leur cause, cultivent la musique populaire et c’est avec une grande maîtrise de leur art qu’ils rendent publiques les voix de la Transsylvanie et de la Moldavie. Ils sentent les nuances de style particulières au sud de la Transdaubie et les vivent. Leur disque se distingue des autres enregistrements de musique populaire vivante par la qualité de ses finitions, par son authenticité artistique et par la composition parfaitement pensée de son programme.

Imre Olsvai–Académie des Sciences deHongrie
csik_sajto

Ce groupe musical a étudié à fond la tradition populaire du sud de la Transdanubie et nous livre un assemblage savant de ses musiques ce danse, celles-ci detinées à accompagner en particulier les csardas et le « ugrós » /sorte de saltarelle hongroise/ de la région Somogy. ...C’est cettemusique ancestrale, séduisante dans sa rudesse et son côté sauvage que se propose de faire vibrer Zengő avec l’ardeur communicative qui lui est propre.

Bertalan Andrásfalvy – Ministre de la Culture
csik_sajto

Une véritable curiosité du concert qui, ne démentant pas sa réputation hongroise se déroule toujours dans un climat de fougue et de vitalité incroyable, mérite ici d’être mentionnée: il s’agit de la fusion inextricable de la musique et des dances qui s’y rapportent. Ceux qui s’attendent à voir de pesantes dances paysannes se trouvent agréablement surpris. Le danseur du groupe transforme le rythme en mouvements relevant d’un art du plus haut degré et nous prouvant par-là, les limites naturelles de nous groupes de danse populaire locaux.

Gebhart Kleiner – Würzburg
csik_sajto

Un stage de danse folklorique hongroise est une partie de plaisir aussi bien pour les jeunes que pour les plus âgés. Le moniteur nous donne d’emblée envie de nous y mettre, lorsqu’il commence a danser d’une manière énergique les premières figures simples. Tous les regards sont alors rivés sur ses pieds…Ce divertissement allègre communique une joie si intense de vivre qu’à la fin toute la salle est réunie pour une seule danse commune. L’ambiance d’une „maison de danse” ça ne s’oublie pas de sitôt! –Je vous le garantis!

Mabel – Tempodrom, Berlin
csik_sajto

Zengő, prononcez Zengeu, c’est le folklore hongrois a l’état pur. Des musiques alertes, vivantes, gaies comme les torrents de Transylvanie alliées a des chants haut et forts.

D.E. – Paris Normandie 21 Avril 1992
csik_sajto

Le disque de Zengő fait partie de ces pièces précieuses que l’on écoute avec ferveur. Il est tout à la fois chargé de saveurs, d’émotions, d’esprit et de subtilité. Les musiciens qui l’ont réalisé comptent parmi les meilleurs interprètes de leur pays.

Luis Porquet – L’AFFICE 15.3.93
csik_sajto

 Retour en haut de page